Bouleversements dans le secteur bancaire privé en Suisse

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La place financière helvétique vit une période intense et connaît des changements profonds, qui résultent d’un contexte moins favorable que par le passé. Ces bouleversements donnent lieu à un effort de consolidation des banques suisses, mais ne semblent pas pour autant remettre en cause leur leadership en matière de gestion de capitaux privés.

Le durcissement législatif consécutif à la crise financière de 2008 et la fin du secret bancaire au nom de la lutte contre la fraude fiscale sont des défis majeurs pour les banquiers suisses. Ce sont pourtant des contraintes qui poussent le secteur à se renouveler, tout en renforçant l’image de la Suisse à l’international comme place financière assainie.

Malgré l’évolution du marché, la Suisse reste au premier rang mondial en termes de gestion des capitaux privés internationaux, avec 2 400 milliards de dollars d’actifs offshore en 2014, soit un quart du marché mondial. De plus, d’après une étude du cabinet AT Kearney, les établissements suisses bénéficient des meilleures marges de revenus avec un ratio coûts-revenus toujours inférieur de cinq points à la moyenne des autres banques d’Europe occidentale. Les clients fortunés du monde entier sont toujours prêts à placer leur épargne auprès des établissements privés helvétiques, réputés pour leur stabilité et leur fiabilité.

Cette bonne santé globale ne peut néanmoins pas cacher la pression accrue que connaissent tous les acteurs du secteur depuis quelques années. Pour faire face aux changements et répondre de manière plus efficace à la demande internationale, certains acteurs historiques font le choix de la consolidation.

On assiste ainsi à l’absorption de nombreuses banques privées qui ont fait la réputation de Genève depuis plus d’un siècle, au profit d’établissements européens plus importants, ou d’acteurs venus d’Asie. C’est le cas par exemple de la Banque Pasche, institution basée à Genève et à Zurich, qui a vendu ses filiales à l’international à une banque luxembourgeoise, mais dont les activités en Suisse pourraient être reprises par une banque chinoise.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »